Opération "Grand Site de France" - Hyères

Le label Grand site de France peut être attribué par le ministre chargé des sites à un site classé de grande notoriété et de forte fréquentation. L’attribution du label est subordonnée à la mise en oeuvre d'un projet de préservation, de gestion et de mise en valeur du site, répondant aux principes du développement durable.

Le périmètre du territoire concerné par le label peut comprendre d’autres communes que celles incluant le site classé, dès lors qu’elles participent au projet.

Ce label est attribué, à sa demande, à une collectivité territoriale, un établissement public, un syndicat mixte ou un organisme de gestion regroupant notamment les collectivités territoriales concernées. La décision d’attribution fixe la durée du label."

http://www.grandsitedefrance.com/index.php

Un classement loi 1930 freine le développement anarchique et la spéculation immobilière, mais sans prévoir de mesure d'accompagnement budgétaire spécifique. La procédure Opération Grand Site (O.G.S.) permet cependant d'y remédier. Il faut pour cela justifier que le site naturel classé, de forte valeur paysagère nationale, victime de sa notoriété, risque d'être dégradé par sa surfréquentation et par une mauvaise répartition dans le temps de son activité touristique. Il faut aussi s'assurer de la pérennisation de sa gestion.

Après des travaux préliminaires destinés à vérifier que le site répond à ces critères O.G.S. et à installer une structure pilote et un comité de suivi, l'O.G.S. comportera deux stades financés par le Ministère de l'Environnement et les Conseils régional et général. Le premier stade financera les études et propositions d'action, le deuxième la réalisation des travaux, sur convention avec les partenaires.

L'O.G.S. pourrait être élargie à toute la baie de Hyères, du Cap Bénat à l'Est jusqu'à la presqu'île de Giens à l'ouest. La vingtaine d'opérations de ce genre déjà financées ont reçu une participation moyenne de l'état de 300 000 à 760 000 €.

Un colloque international, du 6 au 8 décembre 2001, à Carcassonne, intitulé "grands sites et patrimoine mondial : victimes de leur succès ?" a traité de ces sujets et notamment de la régulation des flux touristiques.